CB : bientôt la fin des montants minimumscelà s’ajoute ?

Vous avez certainement déjà été face à ce souci, dans un bureau de tabac, dans un bar une boulangerie ou un restaurant : en dessous d’un certain montant, impossible de payer par carte bancaire. Souvent fixé à 10€ ou 15€, ce montant minimum serait toutefois en train de vivre ses derniers jours.

Pourquoi ces montants ?

Pour comprendre cette restriction, il est important de savoir que les commerçants paient des commissions sur les paiements par carte bancaire. Commissions qui n’existent pas avec un règlement e espèce ou en chèque, notamment. Cette commission est prélevée à chaque usage de la machine (qui a un coût également, rappelons-le), à hauteur d’un certain pourcentage, défini par la banque du commerce.

Elle comprend trois services :

– Le traitement de la transaction, c’est çà dire les frais engagés par la banque pour transférer l’argent du compte du client vers le compte du commerçant.

– La sécurité du paiement. En gros, il s’agit de différentes solutions proposées pour limiter la fraude.

– Et enfin la garantie de paiement : c’est à dire que s’il y a fraude de la part du client, la banque assure au commerçant de prendre en charge les impayés.

A cela s’ajoutent différents frais généraux. Certaines banques pratiquent aussi des plafonds. Par exemple, elle si elle prélève 0.5% de toutes les transactions au-dessus de 15€, elle peut choisir de fixer un seuil minimum de 1€ en dessous de cette somme. Autrement dit, lors d’un achat à 2€ par carte, le commerçant perd déjà 1€ en commission bancaire. Si l’on retire le coût de production du produit(matière première, transport, salaire, etc.), il arrive parfois qu’au final, la vente se fasse à perte !

La fin des commissions demandée par Bercy

Afin d’améliorer le quotidien des français, mais aussi d’alléger les dépenses obligatoires des commerçants (et donc à termes de booster la consommation), Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics, a déclaré vouloir mettre un frein à certaines pratiques bancaires. Le projet est actuellement en discussion à Bercy, et devrait être présenté dans les prochains mois.
Si les mesures proposées ne devraient pas influencer beaucoup sur les prix, elles devraient toutefois permettre de mettre un terme à la dictature du seuil minimal.